23.déc.2020

Le growth hacking, qu'est-ce que c'est ?

banniere

    Le Growth Hacking est un nouveau domaine qui combine marketing, analyse de données et technologie. Il s'agit d'une discipline dédiée à l'utilisation de toutes les méthodes possibles pour optimiser la croissance de l’entreprise. 
    Elle est née en tant que start-up dans la Silicon Valley, mais aujourd'hui elle s'est développée en une forme de travail adaptée aux grandes entreprises.

    Cependant, veuillez noter qu'avant que le terme n'existe, les gens avaient déjà mené des activités de growth hacking à leur insu. Cela n’était simplement pas formalisé.
     

    Qu'est-ce que le Growth Hacking ?

    Le Growth Hacking est une technique de marketing digital agile qui permet d’accélérer la croissance de l’activité des startups ou de PME innovantes à moindre coût. 
    C’est un nouveau domaine qui combine marketing, analyse de données et technologie. Ceux qui l’utilisent sont ainsi appelés des Growth Hackers. Ils effectuent une expérience de traitement élevée en vue d’augmenter le portefeuille clients des startups.

    startup

    Comment fonctionne le Growth Hacking ?

    Pour atteindre son objectif d’efficacité à moindre coût, le Growth Hacking se base sur des tests rapides de méthodes de marketing digital. Avec l'aide de Growth Hackers, il est également possible de tester de nouveaux marchés. Le principe est simple : promouvoir des produits ou services qui n'existent pas encore, et mesurer la popularité des internautes. 

    Cette approche du Growth Hacking est devenue populaire parmi les start-up et s'est progressivement répandue parmi les grands groupes pour tester de nouveaux marchés avant de développer des produits ou concepts innovants.

    Tout ceci suit un processus donné, qui est divisé en plusieurs étapes :

    • Déterminer le potentiel de croissance
    • Émettre une hypothèse
    • Faire des tests de priorité
    • Effectuer des tests en conditions réelles
    • Analyse des résultats
    • Optimiser ou automatiser ou abandonner ce marché.
       

    Sean Ellis : L'inventeur du terme Growth Hacking

    A l’origine, le Growth Hacking était une façon de penser. Avant d'être définies comme « Growth Hacker », les startups de la Silicon Valley ont utilisé des techniques non conventionnelles pour favoriser leur croissance avec des budgets très limités. Conceptuellement donc, la technologie de Growth Hacking est née aux États-Unis au début des années 2010, plus précisément dans la Silicon Valley.

    L'inventeur du terme « Growth Hacking » est Sean Ellis. À l'époque, Sean Ellis travaillait chez Dropbox, mais il avait déjà d'autres projets professionnels. Bref, il veut quitter Dropbox. À tel point que Sean Ellis a dû trouver quelqu'un pour prendre sa position. Le problème ? Il ne sait pas comment appeler et définir sa position, son travail consistant à développer la base d'utilisateurs de Dropbox. Le terme « marketing » est inapproprié, car il ne suffit pas à décrire le travail qu’il accomplissait. Finalement, il a choisi le terme « Growth Hacker » pour définir sa technologie et son savoir-faire. Selon la définition de l'époque, le « Growth Hacker» représentait une personne véritablement engagée dans le développement. 

    Depuis 2012, la première communauté dédiée au Growth Hacking est active : Growthhacking.com. La communauté française de Growth Hackers est née peu de temps après : Growthhacking.fr ou Growth Hacking France.

    A quoi ressemble un Growth Hacker ?

    Le Growth Hacker, c’est ce féru de technologie qui place les objectifs au-dessus des moyens. La croissance des revenus est son objectif principal, et les canaux, technologies ou outils permettant de réaliser une croissance des revenus sont secondaires. C'est pourquoi il est si important pour les Growth Hackers d'avoir des connaissances et des compétences étendues. Par rapport à la plupart des spécialistes du marketing, les Growth Hackers nécessitent plus de compétences techniques

    En ce qui concerne les compétences de Growth Hacking, la connaissance des données est indispensable, car c'est le seul moyen d'identifier le problème et sa cause. Ensuite, il y a la créativité pour trouver des solutions. Et enfin, les Growth Hackers ont besoin de compétences techniques pour développer ces solutions. Pour un Growth Hacker, vous n’avez pas besoin d'être un expert dans tous les aspects, mais vous avez besoin de comprendre les bases pour faire la plupart du travail vous-même: 

    • Construire des landing pages
    • Construire des sites Web
    • Concevoir et comprendre les couleurs, les polices de caractères, le branding, etc.
    • Passez des annonces sur des canaux comme AdWords, Facebook, LinkedIn, etc.
    • HTML et CSS de base
    • Implémenter des outils de suivi comme Google Tag Manager, Google Analytics, Hotjar, etc. 

    Vous aurez aussi besoin de disposer bien d'autres concepts/techniques, comme l'optimisation du taux de conversion, l'intelligence artificielle en marketing, le webscraping, les chatbots, les API, etc.

    Exemples de Growth Hacking

    AirBnB

    AirBnB affichera son offre sur Craigslist et la liera à sa propre plateforme pour les locataires potentiels qui recherchent plus d'informations. De cette façon, ils ont réussi à attirer les clients originaux de Craigslist, et les gens continuent de compter sur AirBnB.

    Youtube

    YouTube, dans le domaine du parrainage, à une l'idée d'inviter les utilisateurs à publier des vidéos sur leur propre site ou blog (via la fonction «embed»). Cela permet d'améliorer immédiatement les statistiques du site en temps réel.  Nous sommes également au niveau du parrainage.

    Dropbox

    Le service Dropbox utilise également la technologie Growth Hacking. Ses astuces : invitez les gens à utiliser Dropbox pour obtenir 16 Go d'espace gratuit. Ceci est un autre exemple de comportement typique de Growth Hacking qui peut être inclus dans les recommandations. On voit que le plus grand succès du Growth Hacking est lié à la phase de référencement (Referral).

    Spotify

    Spotify utilise le même processus qu'Airbnb, puis utilise Facebook pour élargir sa base d'utilisateurs. À partir de 2011, le service de streaming musical a développé un appareil intégré permettant de partager automatiquement la musique écoutée sur Facebook. Tous les contacts Facebook des personnes qui utilisent Spotify peuvent découvrir le service.
     

    growth image

    Conclusion

    Enfin, rappelez-vous que le Growth Hacking est une technique qui a vu le jour dans les années 2010 mais est une technique très évolutive. Il vise à faire croître les produits ou services rapidement, si possible, de manière exponentielle. Il utilise tous les moyens pour atteindre son objectif. 

    N’hésitez pas à consulter les compétences en technique de marketing digital de notre agence pour faire croître et renforcer votre présence digitale auprès de vos utilisateurs.